La Grande Sultane… et rivale


Granada, Laguna de Apoyo, 4-9/3.
Durant nos 3 mois au Costa Rica, à chaque fois qu’on discutait du Nicaragua avec quelqu’un en avançant qu’il s’agit de notre prochaine destination, la réaction était toujours la même : « Oh, il faut absolument que vous visitiez Granada !! ». Certains sont même encore plus radicaux et n’estiment que seule cette ville vaille une escapade dans le pays. Granada est « l’autre » ville coloniale, fief des conservateurs et grande rivale de León, la libérale. Pour mettre fin à de nombreuses années d’opposition et de guerre civile entre les deux provinces, la ville de Managua fut créée à mi-chemin et déclarée capitale du Nicaragua en 1852. Mais nous ? Laquelle préfère-t-on ? Pour en juger, partons pour une petite ballade…

Enfin une ville coloniale !!


León, Las Penitas, 25/2-3/3.
On a toujours reproché au Costa Rica son absence d’héritage des conquistadors et notamment l’architecture qu’ils ont apportée avec de très nombreuses églises. Bien qu’après notre périple en Amérique du Sud, on ait eu notre dose de Maisons de Dieu, la rupture nous avait fait tout drôle lors de notre arrivée à San José. Au Nicaragua, les choses semblent s’arranger car après la capitale, nous prenons la direction de León. Pour cela rien de plus facile, il suffit de rejoindre le terminal du Mercado Israel Lewites et de grimper dans un minivan qui fait la course pour 51 cordobas (env 2$). Mais la place est comptée et nos imposants bagages doivent eux aussi s‘acquitter d’un billet car ils prennent la place d’une personne !!

Une très bonne surprise


Managua, 23-24/2.
Pour ce retour en Amérique Centrale après notre TDM, on a clairement donné la priorité au Costa Rica, en exploitant au maximum les 90 jours de notre visa touristique. Lors de notre périple et surtout depuis les 3 derniers mois on nous a beaucoup parlé du Nicaragua. A priori, un ersatz de Costa Rica en moins cher ! Pour la plupart des Français dont nous faisions partis, le Nica est plutôt synonyme de dictature, de révolution et on garde de vieux clichés de contras ou de guérilleros armés jusqu’aux dents parcourant la jungle pour libérer le peuple de l’oppression… au profit d’un autre dictateur !

Réussir son séjour au Costa Rica !


Sauf si vous êtes fan de gros resorts à l’américaine ou de circuits super organisés en minibus, nous vous conseillons vivement de découvrir le Costa Rica par vos propres moyens. Le pays s’y prête bien et il est très facile d’y voyager… à condition d’avoir un véhicule.
Trouvez le vol le moins cher sur Internet, louez une voiture, repérez les points d’intérêts et réservez à la rigueur vos hébergements pour vous assurer de la disponibilité. Même si vous n’êtes pas des globetrotters affutés ou que vos enfants vous accompagnent, le Costa Rica s’apprécie en partant “à l’aventure“ en couple ou en famille. Voici quelques conseils...

Ça sent le souffre !


Rincon de la Vieja, 17-20/2.
La dernière fois qu’on a mis les pieds sur un volcan, c’était au mois d’août. On avait été un poil déçu par le Volcan Arenal car on s’était réjoui un peu trop vite de pouvoir constater son activité. La faute à notre Lonely Planet de 2008, dont les infos n’étaient pas vraiment à jour (voir article). Pour le Rincon de la Vieja, on n’avait pas pris plus d’info que ça mais on nous l’avait vivement conseillé à plusieurs reprises. Situé à 30 minutes de Liberia où l’on doit rendre notre voiture, ce parc national est idéalement situé pour clore notre séjour au Costa Rica. Il fait parti de la zone de conservation du Guanacaste, inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

Le best of de la faune du Costa Rica


Pendant ces 3 mois au Costa Rica, on a vécu quasi en permanence au contact des animaux. C’est presque la routine de prendre son petit-déj en entendant les singes hurleurs qui sautent de branche en branche dans la canopée. Des coatis scrutent la moindre miette qui tombe de ta table ou attendent un moment d’inattention pour chiper ton paquet de chips. Le matin il n’est pas rare de se faire réveiller par le bruit assourdissant d’un iguane, tombant sur la tôle ondulée du toit de la chambre, sous-estimant la résistance d’une branche à son poids ! C’est d’ailleurs assez stupide comme bestiole, surtout quand il s’agit de traverser la route et il est très fréquent d’apercevoir leur carcasse sur la chaussée en attendant l’arrivée des charognards. Je sais, c’est glauque mais c’est la nature…

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux