Nouvel An, les pieds dans le sable à Koh Samui


30/12-2/1.
C’était l’un de nos rêves depuis bien longtemps et notre trip autour du monde nous a enfin permis de le réaliser : passer un Nouvel An sur une plage de sable fin ! Pendant 3 jours, on oublie les wat et les bouddhas assis, couchés, debout… et on consacre toute son énergie à se détendre et à prendre du bon temps avec nos amis. Soyons clairs, ce n’est pas que notre voyage soit un véritable supplice mais faire une grasse mat’ et tremper nos fesses dans l’eau bleu lagon n’est pas si courant, même si on a largement prévu de le faire durant nos “vacances“ aux Philippines, notre destination suivante !! Mais ça, c’est le hasard du calendrier…


C’est sur la plage de Lamai, dans le golfe de Thaïlande, qu’on a choisi de passer ces 3 jours qui, après Hat Chaweng plus au nord, est la deuxième plage la plus populaire et “normalement“ la plus belle de l’île. J’écris “normalement“ car malheureusement pour nous (et surtout pour Virginie et Gilles), la côte Est était balayée d’un vent du large depuis 10 jours qui ramène toutes les saloperies, dont les algues, sur le bord de la plage !! Du jamais vu “depuis des lustres“ d’après les locaux…

Adèle nous avait trouvé un petit resort de 18 bungalows sur la confidentielle plage de Silver Beach, éloignée d’1 km seulement de la longue Hat Lamai. A l’hôtel, on a loué 2 scooters et on a fait un petit tour de reconnaissance afin de trouver un endroit sympa pour passer le réveillon de la Saint-Sylvestre. On a fait un petit stop dans une sorte de fête foraine où nos 2 amis ont pu goûter à un peu d’exotisme avec des chenilles et des grillons grillés !



Malgré les nombreux restaurants et bars, Ban Lamai est bien plus calme et moins fréquentée que Chaweng et pour trouver un restaurant sympa “les pieds dans l’eau“, rien ne vaut une marche nocturne le long de la plage. C’est ainsi qu’on a dégoté le New Hut dont les tarifs et la nourriture sont tout à fait corrects pour nos budgets. En mangeant, on peut déjà assister aux premiers lancements de lanternes célestes (Khoom Loy) qu’on s’est promis de faire le lendemain. Adèle et moi en voulions déjà à notre mariage mais la ville ne nous avait pas donné l’autorisation de balancer 130 lampions au-dessus du Rhin. Nous aurons donc notre revanche sur cette opposition administrative et pourrons enfin faire décoller ce symbole de chance ! En sortant, on réserve pour le réveillon et la patronne, qui semble avoir fumé des substances illicites, nous promet une fête d’enfer jusqu’à 4 ou 5h du mat’…

Le lendemain, on a profité des scooters pour visiter le centre et le sud de l’île avec un premier arrêt aux chutes de Na Muang, les plus hautes de l’île. Un petit bain s’impose et certains locaux en profitent pour faire leur toilette. En contrebas, on peut observer des éléphants qui promènent des touristes en progressant avec prudence au milieu de la rivière.










On continuera notre “chevauchée fantastique“ jusqu’à la pointe de Laem Hin Khom où notre route s’arrêta devant une plage… et un bar ! Comme c’était l’heure de l’apéro, on a déquillé quelques bières tout en faisant la connaissance du tôlier, un belge installé ici depuis 7 ans et qui ne reviendrait pour rien au monde dans son pays natal ! Il nous donnera quelques infos sur les spots qui bougent à Chaweng mais aussi sur une petite crique déserte un peu plus loin où l’on pourrait faire trempette. Le temps de faire un repérage de ladite crique, on décide d’y pique-niquer pour le déjeuner après quelques courses au Family Mart situé un peu plus tôt sur la route.

Sur le chemin du retour on s’arrêtera au wat situé juste en face de la petite fête foraine où nos amis avaient dégusté leurs bestioles. C’est un temple en cours de construction, totalement rouge et dont l’intérieur est entièrement modelé avec des personnages en relief. Je n’ai pas réussi à trouver son nom mais d’après les données GPS du reflex, il pourrait s’agir du Wat Sila Ngu. Nous pensions être blasés des temples et là où nous nous y attendions le moins, voilà qu’on tombe par un hasard sur un spécimen original et tout à fait inédit dans notre périple en Thaïlande !




En continuant encore sur quelques kms et en quittant la route principale en direction de la plage, on découvre Hin-Ta et Hin-Yai (grand-père et grand-mère) qui sont deux formations rocheuses qui ressemblent à des organes génitaux. Autant le membre de papi est aisément identifiable, autant pour mami, il faudra regarder à 2 fois… la preuve, je n’ai même pas réussi à prendre correctement le foufouillon de la vieille dame et comme disait mon Pépé, on a assez vu d’horreur pendant la guerre !!





C’est enfin le grand soir et on sort les plus beaux habits encore disponibles dans nos sacs à dos : Adèle avait emporté sa robe “rétro“ du Nouvel An 2011, en petit clin d’œil à cette soirée mémorable dans notre ancien appartement dont le dress code était « les années folles ». Compte tenu des circonstances, elle a dû se passer du “boa“ et du porte-cigarette, quant à moi, je n’ai évidemment pas pu emmener mon costard 3 pièces à rayures avec la cravate et la montre à gousset qui finissaient de parfaire mon déguisement ! Si pour ce soir de fête, je me contente d’une chemise pas trop froissée et d’un pantalon en toile, la grande nouveauté vient de mes pieds qui portent simplement une paire de tongs. Et c’est bien la première fois de ma vie… Nous y voilà donc et nous réalisons enfin un vieux rêve : fêter la nouvelle année en tong les pieds dans l’eau (ou le sable) d’une plage paradisiaque !!

On a pris tranquillement l’apéro à l’hôtel avec du Champagne et du foie gras ramenés tout spécialement de France par nos amis avant de rejoindre la terrasse du New Hut. Sur place Virginie, notre commerciale de chic et de choc, a interpellé un vendeur de Khoom Loy sur la plage pour négocier 4 lanternes célestes à prix cassé.



Les douze coups de minuit ont retenti et des 2 côtés de la plage, ce fut un déluge de feux d’artifices et de lâchers de lampions qu’on voyait évoluer vers le ciel par centaines. A notre tour, on déploya et alluma nos lanternes qui ne se révèlent pas si évidentes à faire décoller. Il faut vraiment patienter avant que l’air chaud n’ait totalement envahi la bulle de papier et qu’elle se décide enfin à prendre de l’altitude. Une fois qu’elle a quitté le sol, on reste là, comme hypnotisé par son jouet qu’on regarde s’envoler jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la nuit. A 1h30 du matin, le restaurant s’était déjà bien vidé et on était loin de la fête de déglingos vendue par la patronne la veille !! Du coup, on a chopé un pick-up pour nous ramener jusqu’à l’hôtel, les filles sont allées rejoindre les bras de Morphée pendant que les garçons ont refait le monde sur la plage jusqu’à 4h, armés de quelques munitions…




Le premier de l’An fut décrété journée libre pour tout le monde et la joyeuse bande ne s’est réunie que le soir pour monter jusqu’à Chaweng. On a pu découvrir une bourgade totalement différente de notre coin paisible avec des rues très animées grâce à une succession de concept de restaurants et de bars branchés. Notre belge, tenancier de bar près de Laem Hin Khom, nous avait conseillé l’ARK bar que Gilles a trouvé par hasard en garant son scooter. On décida d’y boire un verre et on fit un bon dans le temps de 10 ou 15 ans en arrière, avec l’impression de retrouver l’ambiance de nos fêtes d’étudiants ! Le bar où plutôt LES bars sont gigantesques et s’étendent sur une bonne partie de la plage jusque dans l’eau, avec un DJ sur une plateforme qui balance du bon son pour bouger son “booty“. Les tables sont remplies de guys bodybuildés en maillot de bain et tongs qui descendent des fontaines de bière. Au début, on s’effraie quand l’un d’eux monte sur la table et hurle tel l’australopithèque de Gad Elmaleh mais après 2 ou 3 fois, on s’habitue et on ne se retourne même plus.
Etant plus habillé et moins imbibé, on détonne un peu dans ce paysage mais Adèle et moi ne pouvons nous empêcher de penser à ce qu’aurait pu être la soirée de la veille dans cette ambiance !! Je doute qu’on se soit retrouvé seul à 1h30 du mat’ dans le restaurant…

Pour le dernier jour à Koh Samui, on profita une dernière fois du sable de Silver Beach avant de reprendre les scooters et faire un petit tour chacun de son côté. Virginie et Gilles en ont profité pour faire un peu de shopping quant à Adèle et moi, nous reprenions la direction du Sud pour nous balader dans la campagne en quittant dès que possible la route principale pour encore découvrir de nouveaux paysages. Ainsi, on a pu tomber sur le quartier musulman de Ban Lamai et plus loin sur un charmant village de pêcheurs. En montant dans les hauteurs, notre 125 avait toutes les peines du monde à gravir la pente, si raide que j’ai bien cru ne jamais arriver au sommet. On a pu apprécier un magnifique panorama qui donnait sur une forêt de palmiers, sur la côte ainsi que sur les îles au large.




En fin d’après-midi, on s’est tous retrouvé à l’hôtel pour restituer les scooters et où un taxi nous attendait pour nous emmener à l’aéroport, direction Bangkok où l’on passera une dernière nuit. Pour Virginie et Gilles c’était la fin de vacances et pour nous la fin d’un périple d’un mois en Thaïlande avec une petite incursion au Cambodge.

Après notre traversée du pays, on peut désormais aisément comprendre le succès touristique du pays. Tout y est réuni : une Histoire, somme toute assez récente d’un millénaire qui a laissé de très beaux monuments à visiter un peu partout sur le territoire. Une spiritualité pour ceux que le bouddhisme attire, on peut même discuter avec des bonzes dans les monastères. Et enfin, la Thaïlande offre l’embarras du choix pour le côté balnéaire avec ses innombrables îles et plages paradisiaques à l’eau turquoise. Pour des globe-trotters au budget mesuré, c’est également le top car la vie sur place, les transports et l’hébergement sont très bon marché avec souvent un excellent rapport qualité/prix. Et il faut oublier les rediffusions de reportages de la TNT sur le tourisme sexuel ; il y en a évidemment mais si tu ne vas pas le chercher, tu ne le trouveras pas non plus…


En près d’un mois, je pense qu’on a visité l’essentiel et on ne devrait pas y retourner de si tôt sauf peut-être  pour un stage de muay-thaï ou pour du balnéaire en famille ou entre amis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux