Bien choisir son van en NZ ou en Australie !


Après 3 semaines en Australie et 3 semaines en NZ avec 2 véhicules complètement différents, on peut dire que nous sommes rodés en terme de location de campervan !



L'Australie

On a eu un bol monstre en étant upgradé chez Apollo d'un "Hitop Camper" à un "Euro Tourer". Ce ne sont pas du tout les mêmes véhicules et l'Euro Tourer est une version grand luxe du van aménagé pour 2 personnes. Avec 7m10 de long, il offre un lit de 170x200, une cuisine équipée, une douche et un WC chimique. Ses batteries et ses réservoirs d'eaux propre et usée lui autorisent une autonomie de 2 à 3 jours en camping “sauvage“. Sinon on trouve facilement un robinet ou un égout pour faire le plein ou vidanger.
La clim et le micro-ondes ne fonctionnent que sur secteur mais on ne les a pratiquement pas utilisé, si ce n'est la clim mais en réversible pour chauffer un peu l'habitacle certains soirs frisquets avant d'aller se coucher ! La TV ne capte que quelques chaînes selon la région mais est-ce bien important ??


Côté consommation, le moteur TDI se contente de 10 L/100 et la boîte auto est très agréable même si elle est furieusement lente… mais on n'est pas sur circuit non plus !! Pour info, en Australie le diesel est plus cher que l'essence (1,60 contre 1,40 AU$).

On peut dormir presque n'importe où, sauf dans les grandes villes, les réserves et les parcs nationaux. De nombreux panneaux interdisent de passer la nuit sur certains parkings, certains s'y risquent tout de même… Mais avec une application comme Wikicamps (3,59 € sur l'iTunes Store), on trouve toujours un lieu sympa où se garer le soir. On trouve assez facilement des douches près des plages ou dans les ports de pêcheurs.
On a souvent dormi sur des sites de rampe à bateaux, les parkings sont prévus pour des véhicules avec remorque donc parfaits pour garer “proprement“ nos 7m10. On y était la plupart du temps seul, parfois dans des coins paumés et on n'a jamais eu de problèmes…
Les campings ne sont pas franchement bon marché (environ 40 AU$) avec des emplacements vraiment pas terribles, qui tiennent plus du parking pour voiture souvent sans aucune verdure et très rapproché des autres campervan. On a largement préféré les campsites (gratuits) en pleine nature, en forêt ou au bord de la mer.


La Nouvelle-Zélande

Pas de surclassement possible puisqu'il n'y a que 2 catégories chez Spaceships et on avait déjà la plus “haute“, un Beta 2 Berth. Par rapport au modèle “Alpha“, le véhicule est plus récent mais ça n'empêchait pas notre Toyota Estima de dater de 2003 et de totaliser déjà 260.000 km !! Il est également mieux équipé avec un lecteur de DVD, des doubles portes coulissantes et un auvent latéral… qu'on n'a jamais mis !! Le lecteur DVD s'est avéré plus utile que la TV en Australie car compte tenu des températures pas très élevées en avril, on se couchait très tôt et on était bien content d'avoir un film à regarder. La hauteur et le volume général de l'habitacle n'incitent pas à rester très longtemps assis et ce n'est pas la ridicule table amovible qui va permettre de jouer au rami !!

Le moteur essence consomme 10 L/100 et se montre franchement poussif dans les montées et pour effectuer un dépassement en toute sécurité. Il faut donc être patient et attendre les (heureusement) nombreuses portions de dépassement. La boîte auto à 4 rapports est d'un autre âge mais encore une fois, est-ce bien important ? En NZ c'est l'inverse de l'Australie, l'essence est sensiblement plus chère que le gasoil (2,15 contre 1,40 NZ$).

En NZ pour ce type de campervan (sans WC, douche et réservoirs d'eau), il faut obligatoirement passer la nuit dans un site prévu à cet effet. On distingue 3 catégories :

  • le campsite, souvent gratuit, n'offre que des toilettes chimiques ou sèches mais dont la propreté et l'entretien nous ont souvent étonnés !
  • le campground, entre 4 à 10 NZ$/pers, en plus des WC “normaux“, dispose déjà d'une douche pas toujours chaude ! Souvent il n'y a même pas de ranger et le paiement se fait au moyen d'une "honesty box" donc prévoyez de la monnaie !
  • le “vrai" camping, entre 25 et 40 NZ$ l'emplacement, qui offre tout le confort avec d'énormes blocs de sanitaires toujours très propres. On peut aussi y trouver une piscine ou des bains d'eau chaude sur la route thermale. Souvent, il y a également une cuisine commune et un espace TV/Internet (PC ou wifi).
L'application Wikicamps est également disponible pour la NZ (0,89 € sur l'iTunes Store) et se révèle encore une fois très pratique. On recommande vivement !!



Notre (petit) van Toyota pris en sandwich par 2 VW Crafter identiques au campervan qu'on avait loué pour l'Australie. Le gabarit n'est pas le même, le confort non plus mais notre monospace se conduit très bien et se gare plus facilement en ville.







A y réfléchir, on aurait dû faire l'inverse, le Spaceship en Australie où l'on peut dormir n'importe où, avec des douches facilement accessibles et surtout une météo plus clémente. L'Apollo “Euro Tourer“ est parfait pour la Nouvelle-Zélande où le stationnement "sauvage" n'est autorisé qu'aux véhicules “self-contained“………. mais c'est beaucoup moins roots !!!





Et si c'était à refaire ?

On le referait sans hésiter !!! Pour ces 2 pays, il n'y a pas meilleur moyen de découvrir les paysages en combinant la location d'un véhicule indispensable pour parcourir les grandes distances et une solution d'hébergement économique qui offre une très grande liberté.
Cela dit, si on devait repartir à la même époque avec les mêmes températures, on ferait l'inverse. Car il est vrai qu'on s'est franchement “meulé“ en NZ avec des nuits à 5° dans un habitacle non chauffé… même avec des sous-vêtements techniques et une grosse couette !! Et si on veut optimiser l'aspect budgétaire, à consommation équivalente, il vaut mieux louer un véhicule essence en Australie et un diesel pour la NZ.
On a adoré notre road trip dans notre (petit) monospace Toyota qui rendait l'expérience plus “roots“ et collait bien à l'ambiance de la NZ ! Mais on a vu des vans identiques largement mieux aménagés, notamment chez Jucy où l'agencement permet d'avoir une pseudo cuisine à l'arrière facilement accessible par le hayon tout en étant protégé des intempéries. Mais c'est plus cher...
En NZ comme en Australie, on a également rencontré beaucoup de gens qui ont acheté  à leur arrivée un vrai (vieux) van aménagé style surfeur pour le revendre à la fin de leur séjour, généralement assez long (entre 2 et 12 mois).
On n'a pas rencontré de problèmes de sécurité dans ces 2 pays qui nous ont semblé très “safe“ y compris les fois où nous étions complètement seuls dans des trous paumés le long de la côte ou au fond d'une vallée en montagne.

2 commentaires:

  1. merci pour nous .
    avec photos et commenaires, on voyage avec vous.
    merci.
    vous manquez.
    chantal

    RépondreSupprimer
  2. Salut salut les amoureux.
    Merci pour ces conseils, ça peut servir...
    Bisous

    RépondreSupprimer

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux