Y'en a marre du (manque de) savoir-vire des Chinois


Le jour de notre arrivée en Chine, dès notre descente du train à Beijing et le parcours en métro qui s’en est suivi, on a pu faire connaissance avec le manque de savoir-vivre des Chinois. Première chose qui pique : le Chinois crache partout et tout le temps !! Mais surtout avant de balancer son glaviot, le Chinois racle EN PROFONDEUR sa gorge et va chercher tout ce qu’il peut pour l’expulser de son corps en maculant le trottoir !!! Et ça, aussi bien les vieux que les jeunes et aussi bien les hommes que les femmes… et oui !! Au bout de quelques jours, tu penses être habitué à cette coutume ancestrale et bien non, tu es toujours pris d’effroi quand un autochtone expectore soudainement à côté de toi ! Et si ça ne sort pas par la bouche, le Chinois peut également le faire sortir par le nez…

Autre incivilité notoire : le Chinois éructe !! Qu’il soit dans le train ou dans un bus, dans le lobby d’un hôtel, au musée ou au restaurant, il rote bruyamment comme un bébé qui fait savoir à ses parents que son repas est bien descendu ! Alors peut-être que c’est une marque de reconnaissance pour la personne qui fait la cuisine dans les pays du Maghreb (et encore, avec une main devant la bouche) autant ici, ça commence à te courir sur le nem…

Plusieurs fois avec Adèle, on s’est effrayé car le Chinois parle fort, très fort et tout particulièrement au téléphone (portable). En pleine rue ou dans le métro quand il répond à un appel, il beugle un monstrueux « ouais » et continue la conversation à un niveau sonore tellement élevé qu’il est absolument impossible d’entendre la musique que tu écoutes sur ton iPhone, même avec des écouteurs intra-auriculaires ! Je me souviens de la première fois dans le métro de Beijing, le gars parlait tellement fort que j’ai cru que c’était le speaker qui annonçait la prochaine correspondance dans les haut-parleurs. En fait, le bonhomme était à l’autre bout du wagon et faisait profiter tous les passagers de sa conversation. Ca m’a rappelé un sketch de Frank Dubosq (NDLR : le ringard).
Même sans téléphoner, dans le train couchette à 1h du matin, le Chinois se moque que tu essayes de dormir, il continue à haute voix sa conversation avec sa femme à laquelle il parle pendant des heures comme s’il ne l’avait pas vu depuis 6 mois…

Autre manie insupportable : le Chinois adore te rentrer dedans ou te bousculer. Dans le métro quand la rame arrive à la station et que les portes s’ouvrent, il n’attend pas que les passagers sortent pour ensuite rentrer à son tour. Il force le passage en bousculant femme, enfant et petite vieille pour se précipiter sur les sièges libres ! A la fin, mon jeu préféré (surtout avec mon sac de 20 kg sur le dos) était de sortir du wagon en effectuant une délicate rotation des épaules dès qu’un malotru s’engageait afin qu’il se prenne mon sac en pleine pomme et se retrouve stoppé net dans son élan… Oups désolé, j’ai pas fait exprès !!
Cela dit le Chinois est stressé dans le métro ! La rame vient à peine de quitter la station précédant son arrêt qu’il se précipite déjà vers les portes…

Devant un monument, le Chinois se contrefout que tu essayes de prendre une belle photo sans une centaine de touristes. Soit il passe devant l’objectif juste au moment où tu déclenches la photo ou mieux encore, il se place carrément devant toi ne se demandant pas une seule seconde pourquoi il y avait autant d’espace entre toi et le monument que tu étais entrain d’immortaliser !! Vu le monde qu’il y avait sur la plupart des sites et quand enfin tu avais un créneau de 3 secondes pour faire une prise à peu près correcte et qu’un indélicat se plaçait juste devant pour faire une photo avec sa tablette de m…. de sa pimbêche endimanchée, tu as juste des envies de meurtre, voire vu le nombre, de génocide !!!
Au musée, idem, quand tu prends un peu de recul pour admirer une œuvre, tu peux être certain que plusieurs lourdingues vont se poser juste devant toi pour admirer la chose au plus près. Et si tu as le malheur d’avoir choisi la meilleure place, le Chinois ne sent pas gêné de te rentrer dedans pour t’écarter et voler ta position. Et ce même s’il mesure péniblement 1m60 devant tes 1m90, le Chinois ne craint personne, y compris les grands…

Au restaurant quand le Chinois mange du poulet, il décortique bruyamment chaque soupçon de chair qu’il pourrait y avoir sur une aile avant de recracher les os, au mieux sur la table, au pire sur le sol, pensant certainement que le clébard du patron viendra rappliquer pour ronger le peu qu’il reste ! A la première bouchée c’est presque amusant, à la fin du repas quand les restes commencent à s’amonceler, ça devient un chouia plus dégueu… Sans parler du rototo qui conclue le repas.

Bref tout cela parce qu’on s’imaginait qu’en montant dans notre joli train, tout blanc et tout propre, que les voyageurs auraient davantage de savoir-vivre… et bien NON, NON et RE-NON ! Lors du départ, on n’a pas tout de suite compris pourquoi l’hôtesse des transports ferroviaires chinois nous distribuait des petits sacs en papier comme on en trouve dans les avions en cas de remontées impromptues.
Le papi qui partageait notre banquette de 3 personnes avait visiblement une pension de chats coincée dans la gorge et avait emporté du poulet pour son dîner à bord. Il recracha chaque osselet tellement nettoyé que le reste semblait issu d’une fouille archéologique de l’ère paléolithique !! C’est à ce moment, enfin, que nous avons compris à quoi servait le petit sachet en papier distribué par l’hôtesse. Sans lui, on imaginait tout à fait notre septuagénaire balancer ses restes sur la moquette du wagon…

Autre curiosité, le chinois dort partout !! Alors dans le métro ou dans le bus, ce n’est pas vraiment surprenant, on le voit aussi chez nous mais c’est déjà plus étonnant quand au resto après son repas, le Chinois pose sa tête sur la table et pionce… Un petit coup de pompe dans la journée ? Le Chinois se prend un café au McDo ou chez Starbuck et pique un roupillon, tranquille ! Même dans les salons de coiffure, pour attendre le client suivant, les coiffeuses sont dans les fauteuils devant les miroirs et font la sieste, la tête posée sur la tablette !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Retrouvez-nous sur Instagram !

Boutons Sociaux